Boursorama bientôt exclusivement sur le Net

Boursorama, l’une des banques en ligne les mieux cotées depuis un moment déjà dans tous les classements notant les établissements bancaires nouvelle génération, a annoncé son intention de fermer sa vingtaine d’agences pour adopter un fonctionnement 100% virtuel et à distance.

Cette décision a été annoncée à tous les clients sur la plate-forme en ligne de l’enseigne le 1er août dernier.

Alors qu’est-ce qui a motivé ce changement de cap ?

Forte de quelques années d’expérience, Boursorama en est arrivé à la conclusion qu’une « partie infime des contacts » se tenaient en agence et qu’il n’y avait donc plus lieu de conserver ces lieux qui, de fait, coûtaient plus à l’établissement qu’il ne lui rapportait. On pense ici aux loyers mais aussi aux personnels à payer chaque mois.

Rappelons aussi que si ces agences existaient, ce n’était pas parce que Boursorama y tenait vraiment, mais c’était plutôt une conséquence du rachat par le groupe en  2006 de sa concurrente Caixa Bank, qui elle, disposait déjà d’un réseau de 55 agences. Peu de temps après cette opération, 20 agences furent fermées avant que sept autres ne le soient également en 2008 en Ile de France puis une dernière cette année.

Forte de son succès en ligne, Boursorama n’avait donc que peu d’intérêt à garder ses points de rencontres dans lesquels, au fond, bien peu de transactions se traitaient en réalité.

Les clients sont en effet habitués à gérer leurs comptes et leurs opérations à distances, même les plus pointues d’entre elles comme la contraction d’un crédit immobilier ou encore la souscription d’un livret d’épargne. L’usager, une fois qu’il a pris l’habitude d’être autonome et indépendant, c’est-à-dire de gérer toutes ses démarches via son PC, son Mac ou son smartphone, ne souhaite en effet en aucun cas revenir en arrière.

Et d’ailleurs, les chiffres sont là pour le prouver : toutes les études qui ont été menées sur les banques en ligne en général et sur le rapport qu’entretiennent les usagers avec ces dernières en particulier en attestent : il y a sensiblement moins de plaintes ou de réprimandes exprimées par les usagers qui, a contrario, semblent de plus en plus faire confiance aux banques en ligne au premier rang desquelles on retrouve Boursorama Banque.

Ce qui revient le plus dans ces enquêtes d’opinion, c’est la praticité, la simplicité d’utilisation, l’accessibilité et les innovations technologiques (notamment via les applications bancaires pour smartphones dernière génération) qui font que le client gère ses opérations quand bon lui semble et de n’importe quel endroit du monde.

Notons enfin, et c’est important, que malgré la fermeture de ses agences physiques, Boursorama ne prévoit aucun licenciement dans la mesure où les 62 collaborateurs qui géraient ces établissements locaux vont poursuivre leur activité au siège du groupe à Boulogne Billancourt.

Ces fermetures ne vont donc avoir que peu de conséquences, même s’il faudra attendre la fin de l’année pour les mesurer plus précisément.

Pour le premier semestre 2011 en revanche, les résultats viennent d’être publiés et font état d’une progression de 21% qui s’explique surtout par l’activité bancaire car l’investissement boursier, pour sa part, traverse pour l’instant des heures assez pénibles.

On le voit bien, Boursorama Banque, plus que jamais, veille à offrir à sa clientèle comme à tous ceux qui la rejoindront des services et des grilles tarifaires toujours plus optimisés et compétitifs.